l'homme est un animal politique
« La cité est au nombre des réalités qui existent naturellement, et (...) l'homme est par nature un animal politique. L’homme est un animal politique. L’homme est aussi un «animal politique». En cela, Aristote, signifie que l’homme vit mieux dans une «polis», la forme la ville grecque. L’homme devient homme parmi les autres, en vivant dans une société régie par des lois et des coutumes. L’homme développe son potentiel et réalise sa fin naturelle dans un contexte social. "Il est manifeste, à partir de cela, que la cité fait partie des choses naturelles, et que l’homme est un animal politique, et que celui qui est hors cité, naturellement bien sûr et non par le hasard < des circonstances > est soit un être dégradé soit un être surhumain, et il est comme celui qui est injurié en ces termes par Homère : "sans lignage, sans loi, sans foyer" [Iliade, IX, 63]. Aristote disait que "l'homme est par nature un animal politique". Il voulait dire par là que ce qui distingue l'homme de l'animal, c'est la communauté. Mais l'homme reste un zoon, un être vivant parmi les autres. Pour l'éthologiste Konrad Lorentz, l'homme se définirait uniquement comme un animal : l'homme serait animé par l'instinctive défense de son territoire par exemple. Dans cette théorie la loi de la jungle domine : il n'y a … l’homme, animal politique Aristote distingue les êtres vivants hiérarchiquement selon la ... La sociabilité n’est pas seulement un attribut de l’homme Il considère que « l'homme est un loup pour l'homme », et c'est le conflit, « la guerre de tous contre tous », la jalousie, le crime, les rapports de force et d'asservissements qui sont à l'état de nature le lot commun de l'humanité. L’argument d’Aristote est le suivant : c’est parce que l’homme est doué de parole et c’est parce que la nature ne fait rien en vain que l’homme est un animal politique. La voix, pour Aristote, est quelque chose que nous avons en commun avec les animaux . Et c’est parce qu’il est un animal parlant que l’homme est un animal politique: alors que la «voix» des animaux (qui ne sont pas politiques, mais grégaires) se limite à l’expression des passions, le langage permet la formulation de jugements objectifs sur le juste et l’injuste, règles de la vie commune. L'homme est un animal (politique) La France va devenir mardi le 14e pays à instituer le mariage entre personnes de même sexe par un vote solennel des députés. Cela ne mettra pas fin pour autant à la mobilisation des opposants à cette réforme de société portée par la gauche. Telle est pour le philosophe la faculté qui fait de l’homme un animal politique : « (…) que l’homme soit un animal politique à un plus haut degré qu’une abeille quelconque ou tout autre animal vivant à l’état grégaire, cela est évident. Autrement dit l'homme se différencierait de l'animal en ceci qu'il est capable de faire ?uvre de politique. L'organisation de la Cité, de la communauté, serait donc non seulement spécifique à l'humanité, mais surtout sa caractéristique essentielle. Ce qui distingue l'homme de l'animal, c'est la nature de cette communauté. Ce n'est pas la survie , la répartition des tâches nécessaires à la vie qui lie les hommes mais un lien intelligent fondé sur le discours, l'échange rationnel, et l'organisation autour de lois faites pour assurer le bonheur . Il est évident que l'homme est un animal politique, bien plus que n'importe qu'elle abeille ou n'importe quel animal grégaire. Car, nous le disons souvent, la nature ne fait rien en vain. Et seul parmi les animaux l'homme est doué de parole. Aristote : "L'homme est un animal politique" Le philosophe grec fut le premier à faire de la politique une science. Pour lui, le bonheur de l'homme dépend de la vie en société. Mais que l'homme soit un animal politique à un plus haut degré qu'une abeille ou que tout autre animal vivant en troupeau, cela est évident. La nature, selon nous, ne fait rien en vain ; or, seul de tous les animaux, l'homme possède la parole. Le vieil Aristote disait que l'homme est un animal politique. Platon prétendait que l'homme est un animal à deux pattes sans plumes. Dans un cas comme dans l'autre, je me suis toujours senti plus près de Diogène, le philosophe qui vivait presque tout nu dans la rue et qui dormait dans une amphore. C'est au grand philosophe grec Aristote que nous devons cette observation profonde. Dans son ouvrage La politique, Aristote affirme que « L’homme est un animal politique ». Cette réflexion a suscité de nombreux avis différents dans les siècles qui ont suivis. Le problème philosophique posé ici, est de savoir pour quelles raisons nous pouvons affirmer que l’être humain estconsidéré comme un animal politique. Non le fait que l’homme vit en société ne signifie pas forcément qu’il soit un animal social. Au contraire, nous pensons que l’homme n’est réellement heureux en société que lorsque celle-ci lui permet de dépasser la condition animale. «Il est évident que l’homme est un animal politique plus que n’importe quelle abeille et que n’importe quel animal grégaire. Car, comme nous le disons, la nature ne fait rien en vain; or seul parmi les animaux l’homme a un langage. «Il est évident que l’homme est un animal politique plus que n’importe quelle abeille et que n’importe quel animal grégaire. Car, comme nous le disons, la nature ne fait rien en vain; or seul parmi les animaux l’homme a un langage. Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous : Mot de passe : selon Adam smith, l'Homme se différencie de l'animal selon son niveau d'attachement à la politique. "polis" c'est la cité, et politique vient de ce mot c'est organiser la cité et c'est le début de la politique qui sert à … L'Homme Est Un Animal Politique Commentaires Composés: L'Homme Est Un Animal Politique. Rechercher de 43 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires. Page 1 sur 8. qu’il ne leur est pas naturel de consentir. Elle requiert frustration, refoulement et sublimation des pulsions. Cf. Cours. Les philosophes paraissent se contredire sur la nature individualiste ou sociale de l’homme : Aristote estime que l’homme est un animal social, Pascal au contraire que l’homme est seul (et que les autres n’y font rien) et Rousseau affirme que la société corrompt l’âme humaine. Fiche de cours : l'homme est-il un animal politique ? La célèbre formule d'Aristote, « l'homme est un animal politique », renvoie à plusieurs interrogations, qui toutes mettent en cause la nature de l'homme et la définition de son essence. Les politiques cherchent le bien-être des citoyens, les malheurs sont liés simplement à une ignorance ou un oubli des principes fondamentaux de ce pacte social ; l’Homme est bon par nature, mais un parfois un peu amnésique ou complètement ignorant. «La Cité est au nombre des réalités qui existent naturellement, et l'homme est un animal politique.» Pour comprendre cette défmition, il faut d'abord rappeler que, pour Aristote, la science consiste en une description exhaustive des essences.